internet
Le saviez-vous ?

Quel impact du commerce en ligne sur l’environnement ?

Le E de “e-commerce” ne renvoie clairement pas au E de “environnement”… Prêts à découvrir l’envers caché de nos achats sur internet ?

Faire ses courses sur internet est devenu banal et cette tendance s’est exacerbée avec la Covid19… Un véritable bond de +37 % entre 2019 et 2020, ce n’est pas anodin ! Le e-commerce représente maintenant plus de 13 % du commerce de détail.

Trouver tout ce dont on a besoin (et même ce dont on n’a pas besoin) en seulement deux clics, c’est magique ! Vraiment …? Comme tout ce qui est dématérialisé, nous avons du mal à appréhender les conséquences de nos consommations.

Le client ne se déplace plus…

Commençons par le positif. Le principe de base, c’est que le consommateur ne se déplace pas. Les tournées de livraisons étant optimisées (soyons clairs, ce n’est pas par philosophie environnementale… !), un livreur va émettre moins de CO2 que ses clients, si ces derniers avaient tous décidé d’aller au magasin en voiture.

Voilà globalement le seul intérêt (théorique, on verra la pratique après) du e-commerce…

Mais…

Dans la théorie, le e-commerce serait intéressant pour réduire les émissions de gaz à effet de serre si un même client passait toutes ses commandes chez le même fournisseur. Ainsi, un seul et même livreur viendrait déposer la totalité de sa commande. Sauf que, dans la pratique, le consommateur commande sur différents sites, et souvent il s’agit de petites commandes… Il y a des risques pour que chacune de ces commandes soit livrée par un transporteur différent. On multiplie donc les kilomètres parcourus. Le seul avantage du e-commerce en prend une claque, et ce n’est pas tout…

L’enjeu essentiel est d’abord le flux de marchandises, le transport. La seule façon de réduire l’impact des livraisons est d’optimiser les tournées en mutualisant les trajets. Un système de bonus-malus pour grouper les envois pourrait être envisagé. Il faut vraiment inciter les commerçants à ne plus diviser les commandes comme c’est trop le cas aujourd’hui.

Frédéric Bordage, Collectif GreenIT

Selon le mode de livraison choisi, l’impact environnemental ne sera pas le même. En moyenne, l’empreinte carbone d’un produit acheté en magasin est sensiblement la même que s’il avait été livré “classiquement”. En revanche, la livraison express en 48h dégrade lourdement l’empreinte carbone.

L’empreinte carbone d’un produit commandé en livraison rapide est 30% plus élevée, car elle exige des déplacements plus rapides et des tournées de livraison moins optimisées.

Science et Vie, Février 2021

Si vous avez déjà commandé sur internet, vous avez très certainement reçu un colis avec le produit acheté, mais également un tas de confettis en papier (si vous êtes chanceux) ou des billes de polystyrène (si vous êtes moins chanceux). Les cartons sont généralement trop grands pour les commandes que l’on passe et les transporteurs doivent combler le vide afin d’éviter des chocs lors du trajet. Cela représente une consommation inutile d’énergie : on multiplie les emballages qui finiront à la poubelle et devront être triés et recyclés ou incinérés.

Les paquets livrés sont composés jusqu’à 50 % de vide.

Science et Vie, Février 2021

Difficile de choisir la bonne paire de chaussures ou le vêtement avec une coupe adaptée à notre morphologie sans les essayer. Un certain nombre de français reconnaissent commander plusieurs produits sur internet pour n’en garder qu’une minorité. Ces produits vont donc faire l’aller-retour entre l’entrepôt et le client, multipliant ainsi les kilomètres parcourus.

Commander sur internet de façon éco-responsable ?

Le e-commerce pourrait être plus vertueux environnementalement parlant si toute la chaine de consommation et de transport était optimisée. Comment peut-on faire dans la pratique pour améliorer ce processus ?

  • Privilégier les sites locaux : plus proche de chez vous, le livreur aura moins de trajet à faire (et donc émettra moins de gaz à effet de serre).
  • Grouper les achats sur une même boutique ou avec vos proches : un colis bien rempli et un seul et même livreur pour tous vos produits.
  • Etre certain de vos choix : éviter les retours aux fournisseurs, c’est réduire les kilomètres parcourus par vos produits.
  • Privilégier les livraisons en point relais : le transporteur livre plusieurs colis en même temps et les tournées sont optimisées. En sélectionnant ce mode de livraison, vous éviterez également un autre piège de la livraison à domicile: si vous n’êtes pas chez vous quand le livreur passe, il déposera votre commande à un point relais ou à la Poste, où vous devrez à votre tour aller pour récupérer le colis. Que de carburant consommé…!
  • Privilégier les marchands qui proposent des emballages recyclables : mieux vaut recycler qu’incinérer… Certaines entreprises laissent même le client choisir le type “d’amortisseurs”: polystyrène ou carton, le client est roi !

Leave a Reply

Your email address will not be published.