vêtements
Le saviez-vous ?

Que faire de nos vieux vêtements ?

Votre penderie déborde, il est temps de faire du tri…

Malgré toute l’attention que vous avez portée à votre jeans, il ne vous plait plus, il ne vous va plus ou il est fichu. Il encombre votre placard depuis plusieurs mois : il est peut-être temps de vous en séparer. Etant donné son coût environnemental et sociétal, voici quelques pistes pour vous en débarrasser au mieux.

Votre vêtement est encore en bon état ?

  • Organisez une soirée troc avec des ami(e)s. Chacun(e) amène des habits qui ne plaisent plus ou ne vont plus, et on échange. Moment convivial assuré ! Il existe également un certain nombre de sites internet pour échanger ou vendre ses vêtements. Pour les vêtements d’enfants, qui grandissent décidément beaucoup trop vite, c’est la solution idéale.
  • Déposez votre vêtement à une oeuvre caritative ou dans les bennes à vêtements souvent présentes près des supermarchés ou dans les déchetteries. Ainsi, votre vêtement sera revendu et vous ferez une bonne action.

Vôtre vêtement est vraiment HS ?

Dans ce cas, direction le recyclage ! Pour cela, déposez votre vêtement dans une benne à vêtements (toujours près des supermarchés ou dans les déchetteries). Les vêtements qui y sont déposés sont triés : ceux en bon état repartent à la vente ou en dons, les autres partent au recyclage.

En France, ce sont 210 000 tonnes de textiles qui sont collectées et triées annuellement : 58 % sont réutilisés (vendus en friperie ou distribués à des associations), 41 % sont recyclés (découpés pour en faire de nouveaux vêtements ou utilisés pour faire du rembourrage de meubles ou de l’isolant pour les bâtiments) et seulement 1 % part à l’incinération.

Ce qui est malheureux, ce que tous les vêtements ne sont pas collectés !

Chaque français achète en moyenne 9,2 kg de textiles et chaussures par an, alors que 3,2 kg sont triés : soit seulement 34 % qui partent au recyclage…!

ADEME, “la mode sans dessus-dessous”, 2018

Cela signifie que les 6 kg restants sont envoyés à la poubelle, et donc incinérés avec les déchets ménagers…

Alors, même les chaussures trouées, on les met à la benne à vêtements ! Elles seront triées, éventuellement recyclées, voire expédiées dans des pays qui en ont besoin : mieux vaut avoir des chaussures un peu usées / dépareillées que marcher pieds nus…!

Pour faciliter le tri des textiles, voici les recommandations des professionnels :

✅ Habits et textiles propres et secs

✅ Pas besoin de les repasser ni de les plier

✅ Chaussures liées entre elles pour éviter qu’elles ne se séparent

✅ Tous les textiles sont acceptés, même les habits troués, abîmés, les chaussettes orphelines…

❌ Une seule exception à la collecte : les vêtements et tissus qui contiennent des substances chimiques (colle forte, peinture, eau de Javel) sont à mettre à la poubelle.

Et la loi dans tout ça ?

Par le passé, il existait une multitude d’iniatiatives de collecte, mais qui n’étaient pas assez efficaces : à peine 20 % des textiles étaient collectés (par rapport aux 34% actuels).

Afin d’améliorer l’efficacité de collecte et de faire participer les industriels au coût du traitement de la fin de vie de leurs produits, une filière Responsabilité élargie du producteur relative aux textiles, linge de maison et chaussures destinés aux ménages, a été créée par la Loi de Finances de 2007.

Les fabricants, les importateurs et les distributeurs sont amenés, soit à mettre en place un système individuel de recyclage, soit à contribuer financièrement à un organisme de recyclage. En parallèle, les industriels qui distribuent des produits écoresponsables ont droit à un bonus.


La réglementation ne résoudra pas l’ensemble du problème engendré par une consommation excessive. C’est à nous, consommateurs, de prendre nos responsabilités : réduire nos achats, faire durer nos produits, privilégier l’occasion et… mettre nos vêtements fichus au recyclage !

Leave a Reply

Your email address will not be published.