ménage
Le saviez-vous ?,  Un quotidien sain

Le ménage au naturel

Il est possible de faire son ménage de façon économique ET écologique. En plus, il y a fort à parier que vous avez déjà dans les placards (de votre cuisine…) la majorité des produits dont on va parler !

L’année dernière, 60 Millions de Consommateurs a une nouvelle fois mis les pieds dans le plat. Ou plutôt dans le placard. Ils ont passé au crible fin les compositions de tous les produits ménagers classiques (vous savez, ceux qui tuent 99.99% des bactéries, qui neutralisent les mauvaises odeurs, qui laissent votre linge plus blanc que blanc…).

Retrouvez la vidéo sur Youtube, en cliquant ici !

Allergènes en pagaille, molécules irritantes, désinfectants favorisant la résistance bactérienne… Clairement, les flacons censés nettoyer nos logements nuisent à notre santé et polluent l’environnement, alors même qu’on les utilise pour assainir.

Maison Saine – Hors-série – N° 128 – mai 2019 “Nettoyez sans polluer ! Nos solutions pour un ménage au naturel, et plus de 100 fiches pour traquer les produits toxiques.”

De quoi remettre en question nos habitudes de nettoyage… D’autant plus qu’un ménage plus naturel vous coûtera moins cher, sera plus sain pour votre santé et protégera l’environnement. Que demander de plus ?

Cela fait un certain temps que nous avons opté pour un ménage “nature” à la maison. Je vous partage quelques astuces et conseils. Nous avons privilégié la simplicité !

Côté matériel, simple tu feras.

Avez-vous vraiment besoin de lingettes à utilisation unique ? Vous savez, celles que l’on sort de leur bel emballage plastique, que l’on utilise 5 minutes (et encore !) et qui finissent indubitablement à la poubelle ? Pour ma part, je ne m’en suis jamais servi… Chez nous, la poussière se fait simplement avec des bouts de tissus : un tee-shirt tâché fera largement l’affaire !

Pour les éponges, nous sommes passés aux tawashi : ce sont des éponges en tissu tressé. Ça a été l’occasion de donner une nouvelle vie à des chaussettes trouées… Un défaut des tawashi : ils ne sont pas assez absorbants à notre goût. Du coup, nous avons encore des éponges conventionnelles, mais dès qu’une serviette de bain arrivera en fin de vie, je la découperai en carrés : le molletonné devrait assurer le boulot !

Pour les vitres, on nous a offert il y a quelques années un chiffon en microfibres. Ça fonctionne très bien, mais vu l’impact des microfibres sur l’environnement, nous utiliserons notre chiffon jusqu’à sa fin de vie et ensuite nous reviendrons au simple tissu de coton, comme ma maman a toujours fait…

Les particules de microfibres, bien trop petites pour être filtrées par les stations d’épuration, se retrouvent dans les rivières puis dans les océans. Une fois dans l’eau, ces particules vont attirer de nombreux polluants comme les huiles de moteur ou encore les produits chimiques. Ces « éponges » ultra toxiques sont ensuite avalées par les poissons que nous finissons par manger.

The Story of stuff, 2017

Enfin, pour les sols, un coup de balai est encore ce qui consomme le moins d’énergie (l’aspirateur ne sort de que façon très occasionnelle), suivi d’un passage à la serpillière.

Côté produits, simple tu feras.

Oust les 50 produits spécifiques fenêtres / salle de bain / four / sol… (enfin, terminez-les d’abord : ça serait trop bête de jeter des flacons pas terminés !). Si je vous dis que vous n’aurez besoin dans vos placards que de … 3 produits différents ??

  • Bicarbonate
  • Savon noir
  • Vinaigre blanc

Nous fabriquons notre nettoyant multi-surface et notre assouplissant à base de vinaigre blanc. Il convient pour toutes les surfaces (sauf au marbre, à cause de l’acidité). Pour les meubles en bois, vous pouvez ajouter quelques gouttes d’huile d’olive pour nourrir le bois, séchez simplement rapidement après.

Pour dégraisser le four ou les plaques de cuisson, nous utilisons du savon noir.

Pour les éviers / lavabo, la majorité du temps le nettoyant multi-surface suffit. De temps en temps, un coup de bicarbonate pour le côté abrasif permet de redonner un coup d’éclat. Pour cela, saupoudrez la surface de bicarbonate et frottez avec une éponge (conventionnelle ou tawashi, à vous de décider). Vous pouvez terminer par un coup de vinaigre blanc : la réaction instantanée va enlever les dernières crasses accrochées.

Pour les toilettes, versez du vinaigre blanc dans la cuvette, laissez agir, frottez. Puis ajoutez du bicarbonate. Cela va se mettre à mousser : profitez-en pour brosser énergétiquement. Les traces de calcaire devraient avoir disparu. Sinon, brossez plus fort ! (le ménage naturel peut également servir de séance de sport parfois…) Vous pouvez aussi laisser agir quelques heures (le vinaigre et le bicarbonate se neutralisent, mais comme ils ne sont jamais vraiment en proportion égale, il reste souvent du vinaigre…)

Dans la douche, vous avez surement comme nous des résidus de savon (surtout si vous utilisez des savons solides). De l’eau bien chaude et du vinaigre blanc devraient suffire, avec un peu d’huile de coude, on vous l’accorde. Nous n’avons pas encore trouvé la solution miracle pour que les résidus de savon partent d’un seul “pschitt”.

Enfin, pour les fenêtres, comme nous avons ce chiffon microfibres, de l’eau simplement suffit. Si vous êtes équipés d’un traditionnel bout de tissu, vous pouvez ajouter un peu de vinaigre blanc dans votre seau d’eau : il enlèvera à la perfection les traces de pluie et autres cochonneries.

Et l’odeur de propre ??

Ce qui m’a le plus perturbée en passant aux produits naturels, c’est que la maison ne sentait plus le “propre” après le traditionnel ménage hebdomadaire du samedi (avouez-le, vous aussi c’est le samedi, non ?).

Le vinaigre blanc a une odeur particulière, mais qui se dissipe vraiment très rapidement dans l’air. Certains sites proposent de mettre des huiles essentielles pour donner une belle odeur (le citron notamment…). Personnellement, je ne suis pas partisane de ça, sachez qu’il faut des quantités d’énergie impressionnantes pour les fabriquer.

Près de 4 tonnes de pétales de Rose de Damas sont nécessaires pour obtenir un seul kilo d’huile essentielle.

Je vous promets que vous vous ferez à cette absence d’odeur après avoir fait la poussière !

Concernant les huiles essentielles, nous nous autorisons une entorse : quand l’un d’entre-nous est malade ou vraiment – vraiment stressé, nous utilisons dans l’eau du seau à serpillière de l’huile essentielle de thym à thymol (antibactérienne, antifongique, antivirale et antiparasitaire) ou de lavande vraie (apaisante, hypotensive, calmante puissante et équilibrante du système nerveux)

Un autre détail qui peut en déranger plus d’un : les produits naturels moussent beaucoup moins que leurs homologues traditionnels, mais ce n’est pas la mousse qui fait l’efficacité d’un produit


Ces 3 produits sont économiques, contribuent à limiter les déchets, protègent votre santé et l’environnement. Alors, convaincus par ces recettes de grand-mère ? Vous me rejoignez dans la Team Vinaigre Blanc ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *